Rechercher

Le coach des relations ou le juge des disputes?

Parentalité: les conflits dans la fratrie


Lundi soir, il est 18:30. Vous êtes en train de préparer à manger, ranger les courses, répondre à vos emails et là vous entendez le fameux: "Maaaaaamaaaaaan" ou "Paaaaaaapaaaaaa".

Et oui, vos enfants sont en train de se disputer! Entre les courses à ranger, les pommes de terre à faire revenir et les emails du boulot, vous êtes déjà à saturation et à cela s'ajoute la querelle de vos enfants.


Alors que faire quand nos enfants se disputent?


La première chose est de se rappeler que nos enfants ne sont pas un déversoir à stress. Ce n'est pas parce qu'on a accumulé 1000 choses durant la journée et qu'on est en train de jongler entre 25 tâches, que l'on doit tout déverser sur eux simplement parce qu'ils sont plus jeunes et moins imposants que notre boss ou un adulte. Cela nous arrive à tous parfois de ne pas gérer nos émotions comme on le voudrait. Mais il est important de bien comprendre que le fait de contaminer nos enfants avec notre stress va juste empirer la situation sur le court et sur le long terme. En effet, un enfant sur qui on déverse notre stress va être plus tendu, plus irritable et il aura, par conséquent, plus de difficulté à se réguler sur le plan émotionnel. Il sera donc plus enclin à se disputer avec sa fratrie. De plus, en explosant sur nos enfants, on leur apprend qu'en situation de conflit ou de désaccord c'est ok de réagir ainsi. Par la suite, ils répéteront donc simplement le modèle qu'on leur a donné.


La deuxième chose c'est d'apprendre à voir les conflits différemment. En effet, contrairement à ce que l'on pense souvent, les conflits et les désaccords ne sont pas quelque chose de négatif. Ils nous permettent d'apprendre à nous affirmer, à communiquer, à se respecter, à se mettre à la place des autres, etc. Il est donc important de ne pas les éviter, mais d'aider nos enfants à apprendre comment les gérer.


Ce que j'entends le plus souvent les parents dirent à leurs enfants lorsqu'ils se disputent c'est soit:


"ça suffit, je prends ce jouet et on arrête les disputes!" soit: "vous allez tous les deux dans votre chambre, je ne veux plus vous entendre!" soit: "tu es punis!"


En réagissant ainsi, on montre à nos enfants qu'on ne veut pas de conflits! Mais les conflits et les différends font partie de la vie. On est pas toujours d'accord avec les personnes en face de nous. On est pas toujours d'accord de faire ce que ces personnes veulent ou de partager quelque chose avec eux. Plutôt que d'éviter le problème en mettant nos enfants dans leur chambre, apprenons-leur donc à régler leurs conflits. Car ils vont être confrontés à ces mêmes situations des centaines de fois avec leurs frères ou soeurs et dans leur vie. "Je ne veux pas te prêter ce jouet; je ne veux pas jouer avec toi; je ne veux pas jouer à ce jeu-là, etc." Il est donc important de leur donner des clés pour résoudre ces problèmes plutôt que de juste les envoyer dans leur chambre ou retirer le jouet pour lequel ils se disputent.

Prenons un exemple. Notre cadet a tapé l'aîné car il ne veut plus jouer au Lego et il veut changer de jeu. Au lieu de juste punir ou séparer nos enfants essayons de les coacher: "Je comprends que tu n'aies plus envie de jouer au Lego mais on ne tape pas! Tu peux dire que tu veux arrêter de jouer ou jouer avec un autre jeu ou m'appeler mais on ne tape pas. Vous avez encore envie de jouer ensemble? A quoi est-ce que vous pourriez jouer?" ou encore si le grand veut continuer à jouer au Lego, on peut proposer que l'aîné continue son jeu et que le cadet fasse une autre activité. Bref, on les aide à comprendre ce qui se passe en eux et à trouver des alternatives aux cris, aux insultes ou aux coups pour exprimer leurs besoins. Si on ne leur apprend pas cela, comment feront-ils les prochaines fois lorsqu'ils seront confrontés aux mêmes situations? Ils finiront probablement simplement par se disputer, car ils n'auront pas acquis les outils pour gérer ces différends. De notre côté, on s'énervera et le cercle vicieux débutera.


L'objectif n'est donc pas d'apprendre à nos enfants à éviter les conflits, mais de leur apprendre COMMENT on peut exprimer ces désaccords de façon CONSTRUCTIVE et COMMENT on peut RESOUDRE un problème. Et pour ce faire, ils ont besoin de notre accompagnement.


Quand on y pense, on passe souvent notre temps à les réprimander, à enlever le jouet pour lequel ils se disputent, à les séparer, à trouver qui est le coupable, etc. Mais combien de temps passons-nous à les aider à trouver des solutions face à leurs problèmes et à les aider dans la construction de leurs compétences d'interactions sociales? Apprenons à nos enfants à résoudre un problème, à trouver des solutions, à s'affirmer de façon constructive plutôt que de juste essayer de trouver qui est le coupable ou d'éviter les conflits.


Rappelons-nous que ces moments parfois "difficiles" du quotidien sont des opportunités d'apprentissage. C'est dans ces moments qu'on peut apprendre tant de choses à nos enfants. Et plus nos enfants seront équipés, plus ils sauront régler ces situations de façon autonome et moins vous aurez de disputes à la maison!


Devenons donc le coach de leurs relations plutôt que le juge de leurs disputes.


Si vous voulez savoir comment faire cela concrètement, vous trouverez un chapitre entier consacré aux conflits dans la fratrie dans le guide en ligne Etre parent, parlons-en: https://www.alessandracordey.com/guide-parentalite



Pour finir, n'oubliez pas qu'il est toujours plus intéressant de demander "qu'est-ce qui se passe?" à nos enfants plutôt que "qui a fait quoi?!". Je rencontre très souvent des parents qui consultent pour des conflits incessants dans la fratrie et lorsqu'on creuse un peu, ils se rendent compte qu'ils réprimandent fréquemment le même enfant. Si on est très souvent en train de remettre la faute sur un de nos enfants (et très très souvent on le fait sans même s'en apercevoir), cela augmente la rivalité qu'il/elle a envers sa soeur ou son frère. "Pourquoi c'est toujours moi qui me fait gronder?! Je déteste ma petite soeur!"

Il est donc important d'essayer de comprendre la situation et de ne pas juste gronder un de nos enfants. En effet, si notre enfant est énervé il y a une raison derrière son comportement. On veut comprendre pourquoi, valider son ressenti et lui apprendre que c'est ok d'être en colère ou de ne plus vouloir jouer avec son petit frère, mais on le dit autrement qu'en tapant (et on donne quelques brefs exemples pour aider notre enfant à trouver comment il peut résoudre ce problème ou exprimer sa frustration ou sa colère autrement qu'en tapant). Le fait de réprimander fréquemment le même enfant et d'être le juge des disputes augmente les sentiments d'injustice et de rivalité chez nos enfants. Alors que le fait de montrer à notre enfant qu'on le comprend et qu'on agit en tant que coach plutôt que juge va clairement diminuer la rivalité et les disputes dans la fratrie...et améliorer votre quotidien :-)


Je vous souhaite une belle semaine malgré le froid qui arrive ;-)


Alessandra Cordey

Psychologue-Psychothérapeute FSP



102 vues

© Copyright 2019-2020 Alessandra Retti Cordey - Tous droits réservés