Rechercher

Quelle est la différence entre l'anxiété et la peur? Et pourquoi est-ce important?



L’anxiété peut être extrêmement invalidante et envahissante. Afin de bien pouvoir la gérer, il est important de commencer par mieux la comprendre. Aujourd’hui, on va différencier la peur de l’anxiété afin de vous aider à mieux comprendre ce qui se passe dans votre corps lorsque vous êtes anxieux ou lorsque vous avez une attaque de panique.


L’anxiété et la peur ont des symptômes très similaires.

Lorsqu’on est face à un lion dans la savane, on a peur, car on est face à un danger. Notre rythme cardiaque et notre respiration vont s'accélérer et une panoplie de signaux différents apparaîtront. Ces signaux sont la conséquence d'une production importante d’hormones de stress. Dans ces moments de danger, c'est notre cerveau reptilien qui prend le dessus. Là, il ne s’agit pas de résoudre une équation mathématique, mais de réagir extrêmement rapidement face au danger auquel nous faisons face. C’est donc la partie de notre cerveau qui s'occupe de notre survie qui va s'enclencher et nous faire basculer dans le mode combat-fuite-inhibition.


Lorsque nous sommes anxieux, nous présentons des réactions et des signes corporels extrêmement similaires à ceux que nous rencontrons lorsque nous avons peur. Afin de mieux comprendre notre anxiété, il est très important de comprendre pourquoi il y a ces similarités et ce qui différencie la peur de l'anxiété.

Les réactions, lorsque nous sommes anxieux, sont souvent les mêmes que dans la peur, car notre corps et notre tête PENSENT être en danger. Mais la différence entre la peur et l'anxiété se situe au niveau du déclencheur et de la perception de ce déclencheur! Dans la peur ce qui déclenche ces réactions corporelles c’est un danger REEL et potentiellement vital. Alors que dans l’anxiété le déclencheur est une situation PERÇUE comme DANGEREUSE, mais qui en fait ne l’est pas ou en tous cas pas sur le moment.


Prenons un exemple: Votre stylo tombe par terre sur le béton et vous vous dites: "Je dois absolument le laver et me laver les mains, car il y a sûrement pleins de bactéries et je pourrais attraper une maladie...et cela pourrait être dangereux. " Certes, le sol n'est pas stérile mais il n'y a probablement rien de bien dangereux. Pourtant la personne perçoit la situation comme extrêmement dangereuse et veut absolument se laver les mains au plus vite et au mieux. Elle ne se sentira calme et rassurée que lorsque cela sera fait ou bien elle préférera laisser son stylo par terre. On voit bien dans cet exemple que la personne perçoit la situation comme dangereuse et son corps se met à réagir COMME SI elle était face à un lion dans la savane et qu'elle était en danger, MAIS ELLE NE L'EST PAS.


Un autre exemple: votre mari est en retard de quelques minutes. Jusque là pas de danger immédiat, n'est-ce pas? Par contre, votre coeur s'emballe et vous vous sentez tout à coup extrêmement inquiète. Vos pensées s'accélèrent et vous imaginez tous les scénarios catastrophes possibles et votre corps réagit comme si vous étiez face à un danger alors que pour l'instant il n'y a aucun danger.


Prenons un dernier exemple: vous êtes dans le bus et tout à coup vous avez du mal à respirer, vous cherchez la sortie et vous commencez à paniquer. Là, votre cerveau a switché dans le mode combat-fuite-inhibition en plein milieu du bus. Vous avez donc réagi comme s'il fallait fuir du bus à toute allure, car un lion vous poursuivait. Mais il n'y a pas de lion et apparemment pas de danger. Et pourtant...


Et pourtant, votre corps et votre tête réagissent comme si vous étiez face à un danger.


La première étape pour soigner notre anxiété est donc de comprendre que notre corps et notre tête sont en train de réagir comme si nous étions face à un lion dans la savane alors qu'en fait il n'y a pas de lion. En quelque sorte notre cerveau et notre corps nous jouent un tour.


Si on comprend que nos symptômes sont désagréables, mais qu'ils ne reflètent pas la présence d'un danger ,c'est un premier pas formidable vers la guérison de notre anxiété. On peut vraiment se dire: "Hé non, là tu n'es pas en danger. Ton corps et tes pensées semblent te l'indiquer, mais c'est un leurre."


La seconde étape est de comprendre pourquoi certaines personnes perçoivent ces situations comme dangereuses. Pourquoi, tout à coup, alors que je suis dans le bus, je réagis comme si j'étais menacé? Pourquoi alors que mon mari à 5 minutes de retard, je bascule dans de la panique et j'imagine un scénario catastrophe? Est-ce à cause de traumatismes passés ou présents? Est-ce parce qu'on se sent coincé dans une situation et on a l'impression qu'il n'y a pas d'issus? Est-ce parce que nous subissons trop de stress? Est-ce autre chose? Qu'est-ce qui fait que nous avons l'impression d'être en danger et que nous basculons dans de l'hypervigilance? Comprendre pourquoi nous réagissons ainsi et rétablir un sentiment de sécurité dans notre corps et dans nos pensées est la seconde étape clé dans la guérison de l'anxiété.


Si vous souhaitez mieux comprendre votre anxiété, son origine et comment la soigner, je vous invite à découvrir la formation en ligne L'anxiété même pas peur: https://www.alessandracordey.com/formation-anxiete


Je vous souhaite une belle semaine,


Chaleureusement,


Alessandra Cordey

Psychologue-Psychothérapeute FSP

116 vues

© Copyright 2019-2020 Alessandra Retti Cordey - Tous droits réservés