Rechercher

"Je suis fatigué(e), je n'en peux plus..."

Mis à jour : avr. 29



“Je suis fatigué(e), je n’en peux plus, il y a trop”….voilà des mots que j’entends si souvent de la part des parents à mon cabinet ou dans mon entourage. Et vous chers parents? Combien de fois vous dites vous cela? Combien de fois entendez-vous des ami(e)s vous dire cela?

C’est une réalité, les parents sont fatigués, très fatigués. A courir entre travail et famille, à garder leur calme et se montrer disponible, à ne pas avoir une seconde pour eux, à ne pas avoir une seconde pour respirer, pour savourer…le monde finit par s’essouffler.

Aujourd’hui, une grande partie des parents n’ont que peu de plaisir dans leur vie familiale. Ils enchaînent les tâches, la "to do list" et n’ont plus de carburant en eux, n’ont plus l’étincelle de la vie. Ils rêvent de partir loin de leur famille ou de quitter leur travail pour enfin pleinement savourer leur vie familiale. Mais travail plus famille ça fait souvent trop. Pendant combien de temps va-t-on faire comme si les parents étaient des robots qui devaient simplement exécuter des tâches, courir à gauche à droite et ne pas éprouver de fatigue? Sinon ce serait de la faiblesse! Combien de temps va-t-on soutenir un système qui épuise les parents, les enfants , les couples et les familles? Combien de temps va-t-on vivre dans un trop plein de stress? Le tableau de la vie actuelle dépeint des parents épuisés qui mettent leurs enfants sur l’écran car trop fatigués pour les gérer, qui crient si souvent car exténués et qui rêvent de liberté. Des couples qui n'ont plus l'énergie de se regarder, de s'écouter. Des enfants fatigués par de trop longues journées en crèche ou à l'école, pas assez ressourcés par la présence parentale et le bonheur d’être ensemble et qui s’agitent en classe ou s'éteignent et n’arrivent plus à apprendre car remplie par tellement de stress.

Pendant combien de temps va-ton faire semblant que ce système fonctionne vraiment? Au temps du Covid-19 nous ressentons encore plus fortement cette hypocrisie. Qui sur cette terre à eu des enfants en bas âge et se dit qu’on peut télétravailler en même temps. Vraiment? Comment les enfants vont-ils être impactés par l’impression d’être en trop, de déranger, d’être si stressant. Comment vont-ils être impactés par le stress constant de leur environnement?

Sans parler du nombre de burn out & de dépression chez l’adulte. De quels chiffres en plus avons-nous besoin pour comprendre qu’on va vers un essoufflement? L’ironie c’est qu’on est une société basée sur la performance et la productivité et nous pensons vraiment que des humains plus fatigués et stressés sont des humains plus performants, productifs et créatifs? Bien sûr que non. Si nous parvenions à créer un rythme qui respecte les besoins de l’humain et des familles nous aurions inévitablement des employés plus ressourcés, plus motivés et plus créatifs ainsi qu’une diminution des burnouts et des dépressions. Nous aurions des parents plus ressourcés et des enfants moins stressés. Ces changements seraient bénéfiques tant pour les familles que pour les entreprises. Ils seraient bénéfiques tant pour aujourd’hui que pour demain. Car la jeune génération ne veut plus travailler, elle ne veut plus brûler ses ailes et s’épuiser. Elle veut fuir le stress et a bien raison de le faire. Pourtant nos métiers peuvent être si merveilleux et inspirants! Ne dégoutons pas les jeunes générations de ce que nous avons pris si longtemps à apprendre.


Il est grand temps de penser à un rythme plus respectueux de l’humain et des familles. Il est grand temps de reprendre du plaisir à être ensemble et savourer la vie. Mais comment faire? Je n’ai pas de solutions toutes faites. J’ai cependant différentes idées, et je sais que rien ne change par le silence. Il y a des changements à faire tant dans les familles que dans les entreprises. Il y a des choses à apprendre tant des familles que des entreprises. Et j’ai espoir que si nous sommes de plus en plus nombreux à réfléchir ensemble, nous pourrons construire des solutions plus humaines et plus proches des besoins de nos enfants et des nôtres.


Je serais extrêmement heureuse d’entendre vos idées, vos ressenties et vos pensées sur la situation et sur d'éventuelles solutions. Et je serais ravie de réfléchir avec vous parents, familles et entreprises, autour de ces questions, pour construire ensemble un rythme plus respectueux de chacun.


Chaleureusement,


Alessandra